De la culture générale super claire !

Qu’est-ce que le Bitcoin et la Blockchain ? Comment fonctionnent-ils, comment en acheter ?

https://assets.support-vision.fr/images/48/Image-descr.png

Dans cet article je vais présenter en 10 minutes un terme qui fait pas mal parler de lui en ce moment : la blockchain. On va voir rapidement ce que c’est sans trop entrer dans la technique. Forcément je vais alors mentionner des crypto-monnaies comme le Bitcoin, l’Ethereum ou d’autres encore comme le Ripple ou le Monero.

Il y a ensuite une partie dédiée vers la fin pour détailler comment en acheter, pour ceux que ça intéresse. On terminera par une liste de conseils, sur entre autres les « hardware wallet », la fiscalité ou encore le staking. A noter qu’il y a quelques liens d’affiliation dans l’article. Enfin, il y a une sorte de FAQ à la toute fin pour répondre rapidement à certaines idées reçues du genre : « Le Bitcoin c’est le mal car ça permet de blanchir de l’argent » ou « c’est de l’arnaque » etc.

Si les explications ne vous intéressent pas pour l’instant ou que vous connaissez déjà, vous pouvez aller directement sur la partie de l’article qui explique où et comment en acheter en cliquant ici.

Qu’est-ce qu’une blockchain et le Bitcoin ?[tocIgnore][/tocIgnore]

Une Blockchain c’est simplement une technologie informatique « nouvelle » : elle date en effet de 2008 avec l’apparition du Bitcoin. Elle a deux caractéristiques principales : l’enregistrement de toute une suite d’évènements que l’on peut rejouer pour ré-atteindre l’état actuel ; et surtout l’assurance que ces évènements déjà enregistrés ne puissent pas être modifiés, ils sont gravés dans le marbre si on peut dire. Voilà c’est aussi simple que ça ! Allons maintenant un peu plus dans les détails :

Il se trouve que c’est le deuxième point qui est le plus important. En effet jusqu’ici en informatique il était quasi impossible d’empêcher la modification d’une donnée, avec l’assurance de retrouver l’information originelle si un changement avait lieu. Dîtes vous bien que les sauvegardes peuvent être modifiées elles aussi ! Ici cette sécurité est maintenant possible parce que la « sauvegarde » de la blockchain est partagée entre de nombreux ordinateurs (on appelle ça une base de données distribuée). Or ces différents « acteurs » gagnent quelque chose à participer à cette sauvegarde mutualisée, c’est ce dernier point qui rend le tout fiable. Dans le but d’éviter qu’un seul acteur mal intentionné puisse modifier quoi que ce soit.

Eh oui parce que s’il le fait alors que la sauvegarde est partagée, les autres acteurs peuvent lui dire « Non regarde nous on a ça, tu es tout seul donc on t’ignore, bye », ils sont garants de l’historique. C’est ce qu’on appelle être décentralisé. Bien entendu ça ne marche plus si l’acteur malintentionné se retrouve avec plus de la moitié des machines (mais c’est détectable donc évitable).

Voilà la plus simple définition de la blockchain que l’on puisse faire.

Ce n’est pas encore bien clair ? Prenons un cas plus concret avec une crypto-monnaie : le Bitcoin. Ce dernier est la première utilisation concrète de la blockchain. Comme son nom l’indique il est utilisé comme une monnaie. Avant d’entrer dans les détails il nous faut d’abord comprendre « quelles sont les particularités, qu’est-ce qui définit, une monnaie ? ». Eh bien c’est très simple : c’est quelque chose que certaines personnes possèdent et qui sert à être échangé avec d’autres (on appelle parfois cet échange une transaction). C’est tout, il n’y a rien d’autre. C’est clair et simple comme définition non ?

Eh bien les échanges, les transactions, sont les « évènements » dont je parlais plus tôt : si on sait l’argent qu’ont certaines personnes au départ (en l’occurrence pour le Bitcoin 0) et que l’on rejoue toutes les transactions depuis le début, on retrouve qui possède quoi à la fin. S’y ajoute la seconde particularité de la blockchain qui empêche que quelqu’un de mal intentionné puisse changer à son profit une transaction passée. Voilà, c’est ça le Bitcoin. Avant cette possibilité technique une monnaie entièrement numérique était inenvisageable, car absolument pas sécurisée. Maintenant c’est possible et le Bitcoin le prouve depuis plus de 10 ans.

En plus de ça il y a pour le Bitcoin un système de minage et de rétribution pour que ceux qui gardent l’historique et effectuent les calculs (pour valider les transactions) soient motivés et aient des raisons de continuer (en plus de les mettre en concurrence entre eux, assurant leur indépendance). On les appelle les « mineurs ». Ce sont eux qui enregistrent les transactions dans la blockchain et qui sont les garants de l’historique dont je parlais plus tôt. En échange de ce travail ils sont rémunérés par des frais de transaction (prélevés sur les transactions donc) et surtout par de la création de monnaie (de Bitcoin). En effet il y a de plus en plus de bitcoins en circulation. A l’origine il y avait même 0 Bitcoin. Les mineurs les ont créés au fur et à mesure et il y en a 18 millions à l’heure où j’écris ces lignes. A noter que cette création se réduit à intervalle régulière à travers les « halving » (c’est une propriété du Bitcoin, attention ce n’est pas forcément le cas de toutes les crypto-monnaies – pour certains c’est d’ailleurs la raison même de l’explosion de sa valeur, car l’offre se raréfie). Un jour cette mécanique-là s’arrêtera et les mineurs devront se contenter des frais de transaction. Bon à savoir que ce n’est pas pour tout de suite non plus, c’est pour 2140 !

https://assets.support-vision.fr/images/48/Une-reprsentation-s.png
Une représentation schématique du fonctionnement du Bitcoin (source). Il y a par contre une petite erreur, l’acheteur génère une transaction seule, qui elle est validée avec d’autres dans un bloc, et c’est ce bloc qui est ajouté dans la blockchain. Cette dernière contient l’historique de tous les blocs passés « dans le marbre » (d’où le terme blockchain, en Français « chaîne de blocs »). C’est les mineurs qui valident les blocs, chacun comprenant un certain nombre de transactions donc (toutes celles effectuées durant sa création, autour de 10 minutes pour le Bitcoin). La blockchain est la technologie ou l’outil, le Bitcoin est une des implémentations possibles dans un cas concret.

A quoi ça sert ? Quel est l’intérêt de la blockchain et/ou des cryptomonnaies par rapport aux autres monnaies ?[tocIgnore][/tocIgnore]

« D’accord mais à quoi ça sert en fait par rapport à l’euro ? » me direz-vous. En effet ça peut toujours paraître un peu abstrait comme ça. C’est parti pour le cœur du sujet.

L’intérêt des crypto-monnaies : ce qui est à vous est réellement à vous, pas aux banques – et ça va plus vite[tocIgnore][/tocIgnore]

Comparons le Bitcoin face aux monnaies « normales » comme l’euro ou le dollar. Pourquoi est-ce que le Bitcoin n’a pas été créé en 1990 ? Parce qu’il y a l’innovation appelée blockchain rappelez-vous, sa particularité principale : la décentralisation qui permet de s’assurer de l’historique et que personne ne puisse tricher.

Dans le monde « réel » l’économie est centralisée. Ce sont les banques centrales qui sont garantes de la monnaie. En d’autres termes, quand vous déposez votre argent en banque celle-ci vous garantit qu’il est bien à vous (à travers la banque centrale) et que vous pouvez le retirer quand vous le souhaitez. Le problème, c’est que ces règles peuvent changer. Et surtout c’est que les organismes qui contrôlent ces règles sont les mêmes qui les appliquent. Cette séparation des pouvoirs est la base de nos démocraties, pourquoi ce n’est pas respecté dans le monde de la finance ? C’est le cas dans une blockchain en tout cas et c’est là toute la différence.

Qu’est-ce qui pourrait faire changer ces « règles du jeu » me direz-vous ? L’avènement d’une crise à un niveau systémique au point que les banques soient super mal en point par exemple, ainsi elles pourraient décider qu’en fait vous n’avez plus que la moitié de votre épargne (pour se sauver elles-mêmes) et vous ne pourrez rien y faire. Ce n’est pas de la science-fiction ou du complotisme, ça a déjà eu lieu et il y a des lois qui l’encadrent (et comme toujours ces lois peuvent être changées).

Je crois que nous savons tous que si demain on va tous retirer notre argent aux distributeurs il y aura un souci. C’est parce que le système du capitalisme est conçu sur le fait qu’il n’y a pas tout l’argent réel disponible en banque (plus d’infos sur ce sujet par ici). Cette « faille » associée à la centralisation donne qu’en réalité votre argent n’est pas complètement le vôtre du moment qu’il est dans une banque, de facto. Il n’y a pas de soucis de ce genre avec les crypto-monnaies (sauf celles qui ne sont pas complètement décentralisées, ça existe aussi attention). Ce que vous possédez en crypto est à vous et personne ne peut vous le prendre - hors arnaques bien entendu, tout comme on peut se faire voler sa carte bancaire si on n’y fait pas attention. C’est plus sécurisé que de garder des billets sous son matelas en tout cas.

Enfin je citerai aussi rapidement qu’utiliser la blockchain pour faire des virements à quelqu’un c’est se passer d’intermédiaire (une banque au hasard) qui, en plus de prendre des frais, est aussi assez lente à réagir. Un virement inter-bancaire prend en effet 2 à 3 jours ouvrés en général. Un virement Bitcoin ? Entre 20 minutes et 1h à tout casser. C’est particulièrement flagrant si vous avez besoin de faire des virements internationaux, à moins de passer par d’autres services comme Paypal par exemple (mais bonjour les frais astronomiques).

La blockchain ce n’est pas forcément que de la crypto-monnaie : c’est une nouvelle technologie dans son entièreté, qui amènera (peut-être) des changements profonds dans la société[tocIgnore][/tocIgnore]

Bon sinon la blockchain ne se résume pas seulement aux crypto-monnaies. Elle peut avoir bien d’autres applications, dont la plupart sont sûrement encore à découvrir. C’est en effet comme toute invention : est-ce que M Volta, lorsqu’il a créé la première pile électrique a vu venir les énormes changements que ça a provoqué ? Bien sûr que non. On les appelle la « seconde révolution industrielle » tellement ils ont été importants. Ils ont permis (entre autres) la voiture électrique, la démocratisation de l’aluminium ou encore l’apparition des smartphones, peut-être même que vous lisez cet article sur l’un d’eux.

Si on revient à la blockchain, rappelez-vous que c’est une technologie, un outil. Les crypto monnaies sont donc seulement une des applications possibles de cette dernière. Il y a actuellement d’autres pistes qui sont étudiées ou en cours de réalisation : des outils de traçabilité de provenance d’aliments par exemple. La blockchain permet d’assurer que la provenance et d’autres infos ne puissent pas être modifiées par un intermédiaire de la chaîne de distribution.

Un autre domaine assez « porteur » : la suppression d’intermédiaires. En effet la blockchain est un moyen à travers lequel différentes personnes inconnues entre elles peuvent collaborer sereinement, elle agit comme tiers de confiance et peut donc remplacer ceux qui ont ce rôle à l’heure actuelle, comme les banques ou les distributeurs de livres par exemple. Supprimer cet acteur tiers entre les lecteurs et les auteurs de livres permet de rémunérer ces derniers directement, sans passer par d’énormes agences qui s’en mettent plein les poches au passage au détriment des auteurs. Il y a la même problématique entre les agriculteurs et la grande distribution, ou encore entre les publicitaires et les sites web diffusant leurs publicités aux internautes, pour éviter de passer par Google ou Facebook qui se gavent de données personnelles (posant de gros problèmes).

Enfin, on peut aussi mentionner le fait que la blockchain pourrait être une bonne solution pour le vote en ligne ! En effet personne ne pourra changer votre vote (et surtout pas un état à moitié totalitaire) et vous pourrez voter à distance sans contraintes de domicile. Vous le savez peut-être, en France il faut s’inscrire 6 semaines à l’avance sur les listes électorales… Il y a plus pratique, surtout si vous déménagez par exemple… (et encore avant il fallait le faire avant fin Décembre de l’année précédente ! ...). Enfin, n’importe quel citoyen pourra vérifier les résultats lui-même s’il le souhaite, au contraire d’aujourd’hui.

En bref la majeure partie des utilisations est plus à trouver qu’à faire ! Et… il y a déjà de quoi faire avec ce qu’on a trouvé.

Où, comment et pourquoi en acheter ?[tocIgnore][/tocIgnore]

Pour terminer cet article je vais détailler comment acheter des crypto-monnaies, peut-être même êtes-vous ici pour cela au départ. Alors déjà contrairement à ce que l’on peut croire vous n’êtes pas obligé d’acheter un Bitcoin entier (Bitcoin ou toute autre crypto monnaie). Vous pouvez très bien acheter pour 50€ de Bitcoin par exemple, vous en aurez alors 0.005 et quelques mais peu importe, si la valeur d’un Bitcoin double vous aurez 100€ à la fin, c’est ça qui compte. Et c’est carrément possible d’avoir des gains à cette échelle en moins d’un an.

En effet tout comme l’euro possède 2 décimales lors des transactions de tous les jours (et pour les internationales on peut très bien descendre à 3 décimales voir plus), le bitcoin est divisible en 8 décimales (on appelle ça un « satoshi », du nom du créateur). On a donc de la marge d’ici là qu’un satoshi soit égal à 1€ (un Bitcoin vaudrait alors 100 millions !).

https://assets.support-vision.fr/images/48/Il-existe-des-centai.jpeg
Il existe des centaines et des centaines de crypto-monnaies, toutes achetables ou presque.

Quel est l’intérêt d’en acheter en fait ?[tocIgnore][/tocIgnore]

Peut-être vous demandez vous pourquoi en acheter en fait ? La réponse est simple. A l’heure des taux d’intérêts vraiment très bas voire négatifs, l’épargne ne vaut plus rien. Le livret A est passé à 0.5% début 2020, l’assurance vie a rapporté en moyenne 1.4% en 2019, au niveau de l’inflation ! … (Et attendez de voir les chiffres de 2020 avec le bordel causé par le covid). En face, le Bitcoin a augmenté de plus 150% durant la première moitié 2019. C’est incomparable. Alors par contre attention, il a baissé de presque 30% sur le restant de l’année 2019 (ce qui donne environ +100% net quand même). En 2020 ? Son prix a plus que triplé après une baisse momentanée de 50% en Mars.

Il faut savoir que les crypto-monnaies sont extrêmement volatiles et vous avez une certaine probabilité de perdre votre argent. Mais c’est quand il y a des risques qu’il y a une possibilité de gains, tout le contraire du livret A ! Il faut se dire que pour la plupart des cryptomonnaies c’est presque comparable à investir dans une startup en fait. C’est logique en soit puisqu’en achetant une crypto au final vous pariez sur la réussite de l’équipe qui la développe derrière, qui sont pour 95% des startups. Et en effet vous la financez indirectement comme si vous achetiez des actions, puisque la plupart des startups gèrent leurs « coins » et décident d’en vendre ou non selon la situation (par contre la comparaison s’arrête là car vous n’avez pas de dividendes, or blockchain spécifiques comme Nexo).

Le Bitcoin par contre est plus comparable à l’or car on sait qu’il y en a un nombre limité (il y en aura 21 million au maximum en 2140), et il semble commencer à avoir un rôle de réserve de valeur, il a tendance à augmenter à chaque mauvais évènement international qui fait baisser les bourses (comme l’or). De toute façon il a été créé suite à la crise de 2008 donc c’est bien dans l’idée de se protéger de la finance internationale, qui a le réel contrôle sur votre argent, on l’a vu au début de cet article. Mais gardez bien à l’esprit qu’à l’heure actuelle ça reste plus risqué que l’or.

Ainsi le meilleur conseil que je puisse vous faire si vous souhaitez vous lancer c’est de n’acheter que ce que vous êtes prêt à perdre. Commencez par une centaine d’euros par exemple et n’y mettez jamais plus de 5 à 10% de votre épargne au maximum. Certains parlent plutôt en mois de salaire : visez jusqu’à 2 ou 3 après ça pourrait commencer à devenir risqué pour vous. Mais bon c’est à vous de voir et de gérer, c’est la différence majeure avec la bourse où vous pouvez faire appel à des conseillers, ici il n’y a que vous et les autres gens sur internet (qui ne sont pas responsables si vous perdez de l’argent !).

Par ailleurs n’essayez pas de faire du trading si vous ne connaissez pas bien le concept, investissez plutôt pour le « long terme » (c’est relatif, je dirai à l’horizon 1 an ou pour quelques années au maximum, par exemple l’année suivant le prochain halving (2025)). Dans ce cas évitez de regarder les cours tous les jours sinon vous risquez de retirer à perte à la moindre baisse par panique. Ce n’est pas pour tout le monde, vous êtes prévenu, mais ça ne demande pas un BAC + 5 non plus je vous rassure. Prenez juste le temps de bien vous renseigner au fur et à mesure, sur des articles comme celui-ci.

C’est simple pour en acheter : ça se fait sur des sites web[tocIgnore][/tocIgnore]

Comment en acheter ? Est-ce vraiment légal ? Oui c’est parfaitement légal, en Occident en tout cas. Vous pouvez le faire à travers des sites web, des plateformes d’échange, qui sont gérées par des entreprises qui n’ont rien de différent des autres, elles ne sont pas là pour vous arnaquer. Pour effectuer la « conversion » euro – crypto, ces plateformes vous demanderont des informations personnelles comme votre carte d’identité et un justificatif de logement. C’est obligatoire pour rester dans la légalité. Si vous tombez sur un site qui vous propose d’en acheter sans demander ça au préalable, fuyez. J’en ai utilisés 3 personnellement sans avoir eu de soucis ou été arnaqué : Coinbase, Kraken et Binance.

Le premier est Américain et consiste en réalité de 2 plateformes, la première (le lien que j’ai mis) est orientée pour les débutants : il n’y a pas les outils compliqués de trading, ainsi vous avez moins de risques de faire de mauvaises manipulations. Je vous la recommande vivement si vous souhaitez vous lancer et que vous n’y connaissez rien. A savoir par contre qu’il y a des frais de transaction assez élevés, si vous prenez la main n’hésitez pas à passer aux plateformes plus avancées : Coinbase pro, Kraken ou Binance.

Concernant Kraken et Binance, le premier est Allemand, le second Chinois. Binance est la plateforme n°1 mondiale en volume depuis plusieurs années et permet d’acheter plein de monnaies différentes au contraire des 2 autres que j’ai cité. Kraken est finalement l’échange que j’apprécie le moins car il a un design un peu vieillot. Mais à côté Coinbase a le défaut de ne proposer que très peu de monnaies différentes. Voilà, vous avez un choix assez varié avec ces 3 plateformes. Il en existe bien entendu d’autres (faîtes gaffe à ne pas aller dans un échange obscur inconnu). Au fait, si vous avez un peu de mal avec l’idée de donner votre identité aux Chinois vous pouvez l’éviter : en effet rien ne vous empêche d’effectuer le transfert euro – crypo sur une autre plateforme et de transférer sur Binance ensuite par une blockchain pour convertir vers la monnaie spécifique voulue (la blockchain sert à ça !).

Quelques conseils et tips sur les cryptos pour terminer : [tocIgnore][/tocIgnore]

- Renseignez-vous le plus possible avant d’acheter une monnaie spécifique. Il y a forcément des « scam » comme on dit, des arnaques où le projet n’est pas spécialement concret et pourrait ne déboucher sur rien du tout. Si vous avez peur de tomber sur un projet comme ça ou si vous avez la flemme de chercher, restez sur les principales cryptos à savoir Bitcoin et Ethereum surtout, le top 10 dans une moindre mesure. Rappelez-vous tout de même la maxime « high risks high rewards » : c’est les gros risques qui peuvent vous rapporter le plus.

Pour la petite histoire qui va vous vendre du rêve, le « Ripple » a vu une augmentation de 36 000% en 2017. Oui vous avez bien lu. C’était une toute petite monnaie où l’investissement était très risqué mais ça a payé pour ceux qui étaient là au début. Bon vu qu’il y a plus de 2 000 cryptos différentes et qu’il y en a que quelques-unes (à peine) qui explosent comme ça lors d’une bulle spéculative, la probabilité de tomber sur la bonne est faible en soit ! Ça serait presque comme faire un pari sportif ou jouer au poker en fait (au contraire de miser sur les principales où là c’est plus comparable à investir en bourse, les risques ne sont pas les mêmes). Mais honnêtement si vous jouez au loto vous faîtes déjà ça chaque semaine, pour moi les chances de réussite sont meilleures ici (car le loto est conçu pour être rentable pour la Française des jeux hein).

- Lorsque vous achetez sur un échange, vous possédez la monnaie à travers cet échange. En gros cet échange agis un peu comme une banque, il vous garantit que c’est à vous mais vous n’avez que cette garantie. Le mieux c’est de transférer dans un « wallet » (un portefeuille, ce qui contient votre argent) sur lequel vous avez la main. J’utilise Electrum par exemple mais le mieux c’est un wallet « offline » (déconnecté) comme le Ledger Nano. On peut dire que c’est comme retirer du liquide. Je vous laisse vous renseigner plus en détails là-dessus, sinon cet article serait interminable. Mais vous n’êtes clairement pas obligés de faire ça pour 100€, c’est vraiment pour de grosses sommes (enfin une grosse somme pour vous, c’est relatif, mais j’aurais tendance à dire que c’est obligatoire à partir de 5 chiffres).

- Si jamais vous achetez plusieurs cryptos que vous stockez à différents endroits (ce que je vous recommande), ça peut être compliqué de suivre chacun de leurs cours. C’est encore plus compliqué si jamais vous voulez recevoir des alertes lorsque certaines valeurs sont atteintes/dépassées, par des notifications sur une appli mobile typiquement, alors que certains échanges n’en proposent même pas. Heureusement il existe une appli mobile conçue spécifiquement pour ça : Blockfolio. Sinon il y a plusieurs sites assez sympas comme coinmarketcap.

- Depuis 2017 (majoritairement) est apparu dans le domaine des cryptomonnaies ce qu’on appelle le « staking ». Pour faire simple c’est un fonctionnement assez similaire à un livret d’épargne : vous placez de l’argent et vous êtes rémunéré à un certain taux (car les gens derrière utilisent cet argent pour investir etc), sauf que vous faîtes ça avec des cryptos. A l’heure actuelle le staking de cryptomonnaies c’est tout simplement le truc que vous trouverez qui rapporte le plus. Il est en effet possible de trouver du staking sur des stablecoins avec un rendement de 8 ou 10% annuel ! Des taux que l’on ne voit plus en France depuis des décennies. Non ce n’est pas (forcément) de l’arnaque, souvent c’est dans des pays où les taux d’intérêts sont toujours élevés (au contraire de l’Occident) et c’est tout à fait légal. Par contre évidemment il peut y avoir des arnaques comme toujours, considérez donc que ce n’est pas à risque 0, évitez de transférer toutes vos économies ! (Conseil valable avec tout ce qui touche aux cryptomonnaies je me répète). Si ça vous intéresse, je peux vous conseiller Nexo sur lequel je suis depuis 1 an, les sommes sont assurées par une banque réelle Anglaise pour renforcer la sécurité. Avec quelques centaines d’euros j’ai pu gagner quasiment plus qu’un livret A rempli...

- Il y a parfois des plateformes qui se lancent et qui font des « airdrop » pour se faire connaître, en gros elles vous donnent gratuitement des cryptomonnaies contre votre inscription. Il est possible de trouver de réelles bonnes affaires temporaires, en l’occurrence à l’heure actuelle pour une inscription sur swissborg et la mise de 50€ en crypto ou argent réel, vous avez un ticket à gratter qui rapporte aléatoirement entre 1 et 100€ (en moyenne statistiquement vous aurez donc autour de 50€). Faites bien attention aux conditions des airdrop car comme toujours il peut y avoir des arnaques (ici pour swissborg c’est bon l’argent est retirable sans condition ! Parfois il peut être bloqué pendant 6 mois par exemple, à la merci de l’évolution des cours).

- Faîtes attention aux impôts et à la fiscalité en général. En ce moment toute conversion en « FIAT » (monnaie officielle comme l’euro ou le dollar, mais pas les stablecoins donc) est imposable à 30% sur les plus-values. Les lois sur ça (comment déclarer, combien payer etc) changent très souvent donc faîtes bien attention si c’est toujours d’actualité ou non. Il faut par ailleurs déclarer chaque compte que vous possédez dans des échanges de cryptomonnaies, tout comme on doit le faire pour un compte bancaire à l’étranger depuis 2020. Gardez bien à l’esprit qu’il vous faut bien vous renseigner pour savoir quoi déclarer, car, au contraire des banques qui vous permettent de placer en bourse et qui déclarent tout automatiquement, ici c’est vous qui devez-vous débrouiller pour savoir quoi faire (et qui prenez la responsabilité si vous ne déclarez rien). Je tiendrais à rappeler que votre banquier est tenu de vous balancer au fisc s’il voit des virements suspects sur votre compte par rapport à vos revenus, gardez bien ça en tête !...

Voilà vous savez (presque) tout ! N’hésitez pas à poser des questions dans les commentaires où à me contacter directement, j’aide librement qui veut. On termine sur une sorte de FAQ sur des idées reçues.

Idées reçues sur les cryptomonnaies[tocIgnore][/tocIgnore]

Je vais répondre ici à quelques idées reçues qui ont la peau dure. Il y en a en effet un paquet qui sont pas mal populaires car beaucoup de médias en parlent sans rien y connaître. Il y a aussi de bonnes chances qu’on apprenne un jour qu’y ait du lobbying de la part de certaines institutions (de grandes banques par exemple) car ils ont tout à y perdre, ils ont donc au contraire tout intérêt à relayer des choses erronées ou emplies de mauvaise foi. A noter que je mets « Bitcoin » dans les affirmations et réponses mais si je ne le précise pas ça vaut pour la plupart des crypto-monnaies.

« Le Bitcoin est complètement anonyme et intraçable ! »[tocIgnore][/tocIgnore]

En fait non. Toute opération dans la blockchain est enregistrée et retrouvable en tout temps. Oui on peut retrouver le tout premier transfert de Bitcoin en 2009 si on le souhaite. Ce n’est pas le cas avec les virements SEPA des banques. A moins peut-être que ces dernières le peuvent, mais en tout cas pas vous et moi. Ainsi c’est absolument faux de dire qu’il est intraçable, en réalité il l’est bien plus que le « système actuel ». Anonyme par contre oui il l’est en soit, puisqu’on n’a pas de noms derrière une adresse/wallet.

Par contre à l’heure actuelle, que je sache mais je peux me tromper, le seul moyen d’acheter ou revendre du bitcoin (donc de le convertir en euro ou dollars) se fait à travers des sites d’entreprises qui exigent toujours beaucoup d’informations personnelles au préalable (identité, adresse etc). D’ailleurs il y a eu de nombreux cas où ces mêmes sites ont « balancé » aux fiscs de certains pays les gros gains. Donc non on ne peut pas dire qu’on peut en acheter et en utiliser de façon anonyme.

Attention par contre, il existe en effet des crypto-monnaies comme le « Monero » ou le « Zcash » pour lesquelles on n’a pas la traçabilité des transactions. Donc pour celles-là cette affirmation est vraie. Mais ces crypto-monnaies sont marginales dans leur nombre et leur utilisation comparé aux autres qui sont tracées.

« Le Bitcoin c’est le mal car ça permet de blanchir de l’argent, c’est surtout utilisé par les hackers et autres gens mal intentionnés ! »[tocIgnore][/tocIgnore]

Oui c’est en partie vrai, mais tout comme le dollar. En fait si vous cherchez la première monnaie au monde qui finance les mafias ou l’esclavagisme des enfants c’est le dollar, pas le Bitcoin. Ce n’est pas parce que le Bitcoin semble favoriser l’anonymat et qu’il a tendance à être plutôt mal utilisé majoritairement jusqu’ici qu’il faut le condamner sur le principe.

Parce que si vous voulez faire disparaître les arnaques ou le marché noir en général ça ne se fera pas en supprimant le Bitcoin. Par ailleurs si vous avez lu le point au-dessus concernant l’anonymat, vous comprendrez qu’en réalité le Bitcoin a de bonnes chances à terme d’être plus compliqué à utiliser pour blanchir de l’argent que d’autres moyens (lien vers un exemple récent). La seule chose qui le rend plus pratique pour cela à l’heure actuelle c’est l’absence de législation ou l’absence de surveillance / méfiance de certains pays. Quand c’est avec l’euro ou le dollar on les appelle des « paradis fiscaux ». C’est juste qu’il y en a plus avec le Bitcoin car c’est très récent et encore peu utilisé.

Toute la différence est là pour moi, c’est aux pays de légiférer pour empêcher l’utilisation du Bitcoin de manière illégale, pas au Bitcoin de disparaître. Parce que c’est bien les pays qui définissent ce qui est légal ou pas, pas les monnaies ou les outils.

« Le Bitcoin c’est une arnaque, on ne peut pas revendre ce qu’on a acheté / les petits porteurs se font plumer par les banques et autres organismes privés »[tocIgnore][/tocIgnore]

Il n’y a rien de plus faux. Vous pouvez voir ici le volume échangé chaque jour sur le Bitcoin : on est à l’échelle de la dizaine de milliards début 2021. On est large ! A moins que vous soyez multimilliardaire donc.

Concernant la deuxième partie, c’était absolument faux en 2017, tout simplement car les entreprises ne se risquaient pas à investir dedans à l’époque. De nos jours (2021 donc), elles sont bien plus présentes (par exemple BlackRock a fait pas mal d’annonces dernièrement qu’il faisait concurrence au dollar) et en effet elles ont bien plus d’outils entre leurs mains que nous. Mais ça ne veut pas dire que le Bitcoin est une machine à plumer les pères de famille, sinon la bourse où ces grandes institutions sont omniprésentes ça serait quoi ? Tout comme sur cette dernière c’est à vous de gérer votre investissement pour que ça n’arrive pas, c’est vous qui êtes responsable.

« Le Bitcoin c’est illégal, en acheter ou en posséder c’est risquer la prison »[tocIgnore][/tocIgnore]

C’est vrai en Inde, mais que je sache c’est quasiment le seul pays au monde où c’est le cas. Apparemment il y aurait aussi l’Arabie Saoudite ou des pays comme le Vietnam qui l’interdisent mais côté Occident ou Chine il n’y a aucun souci. Pour les pays qui l’autorisent à mon avis : soit ils sont bien trop contents de pouvoir taxer les plus-values, soit ils n’en ont simplement rien à faire. Je ne vois pas pourquoi ça changerait en mal étant donné qu’il y a maintenant des startups, donc des emplois, derrière la blockchain. Exemple simple et récent avec la Chine, où le « président » lui-même a annoncé en gros qu’il souhaitait faire de son pays le leader dans le domaine.

« Le Bitcoin est vraiment inutile pour faire des paiements à cause de sa valeur qui varie dans tous les sens, entre le moment où on paie et où on le reconverti en euro il peut perdre 10% blabla, c’est de l’arnaque la blockchain »[tocIgnore][/tocIgnore]

En effet c’est un risque complètement vrai pour le Bitcoin pour le coup et ça l’est aussi pour beaucoup d’autres cryptomonnaies. Mais attention par contre, déjà rien ne dit que sa valeur ne se stabilisera pas un jour si son utilisation se démocratise… Et ensuite il existe ce qu’on appelle les « stablecoins », qui eux sont conçus pour suivre la valeur du dollar (en général, ça peut être autre chose). Le plus connu à l’heure actuelle est « l’ether » (USDT), il y en a d’autres comme l’USDC ou encore le DAI, or ces 3 là utilisent la blockchain Ethereum ! La preuve que c’est possible et qu’il n’y a pas d’arnaque, il n’y a que des outils qui peuvent être mal utilisés.

« Le Bitcoin et la blockchain en général sont un véritable gouffre énergétique, à l’heure de l’écologie c’est une ineptie ! »[tocIgnore][/tocIgnore]

C’est vrai pour le Bitcoin, mais ça ne l’est pas pour toutes les cryptomonnaies. Le « Ripple » ou le « IOTA » par exemple n’ont pas de minage et ne consomment ainsi quasiment pas d’électricité (comparé au Bitcoin en tout cas). Tout dépend comment c’est conçu derrière techniquement. Je ne vais pas entrer dans les détails, je dis juste que c’est possible (c’est une histoire de système de consensus « proof of work » vs « proof of stake » ou d’autres, si vous voulez faire vos recherches). Donc oui certaines sont un vrai gouffre mais d’autres non, on ne peut pas faire cette généralisation. Un virement SEPA consomme aussi de l’énergie hein. D’ailleurs l’équipe derrière le Bitcoin a maintenant tendance à chercher à l’optimiser ces dernières années.

Par ailleurs pour conclure il me semble important d’aller un peu plus loin sur le fait que les crypto-monnaies utilisent de l’électricité. Ce n’est pas écologique seulement si cette électricité n’est pas renouvelable, ce qui est le cas partout je ne dis pas le contraire, mais ça change tout par rapport à cette affirmation. Typiquement si on veut comparer le coût énergétique (et surtout écologique) d’un virement, il faut prendre en compte le fait d’utiliser une voiture (à essence majoritairement encore pour un moment) pour aller voir son banquier par exemple, pas juste le coût énergétique du traitement du virement en lui-même (sauf si on le fait depuis leur site web bien sûr mais ce n’est pas possible dans tous les pays/banques).

« Le Bitcoin c’est que du spéculatif y’a rien derrière ! Il n’est pas utilisé dans la réalité, ça sert à rien quoi »[tocIgnore][/tocIgnore]

Alors en effet sur ce point je serai moins catégorique. Je reconnais parfaitement qu’il y a à l’heure actuelle probablement 95% des échanges voire plus qui sont purement spéculatifs. Mais c’est simplement parce que l’utilisation du Bitcoin est loin d’être entré dans les mœurs.

Clairement la tendance va à l’adoption plutôt qu’à l’inverse. Il est apparemment possible depuis très peu de temps de pouvoir payer en Bitcoin à Burger King en Allemagne par exemple ! En bref pour moi c’est majoritairement spéculatif pour l’instant car l’adoption est plutôt dans le futur que dans le passé. Après on ne peut pas savoir s’il sera vraiment adopté un jour ou non, c’est sûr. Mais on parle juste du Bitcoin là, il y a d’autres crypto-monnaies dont certaines ont, elles, des utilisations concrètes dans le monde, comme le BAT.

Il me faut par contre répondre plus catégoriquement à la deuxième partie de cette affirmation. La spéculation ce n’est pas forcément « rien », parce qu’en fait ça permet de vérifier et valider le bon fonctionnement de la blockchain. Typiquement c’est à travers la bulle spéculative de 2017 que l’on s’est rendu compte que le Bitcoin n’était pas très « scalable » comme on dit en informatique, c’est-à-dire qu’il n’était pas très performant pour un très grand nombre de transactions par minute.

Eh bien devinez quoi, l’équipe derrière le Bitcoin travaille sur le « Lightning Network » qui promet grosso modo de supprimer ce problème tout simplement. Comment saura-t-on si ça fonctionne quand il sera prêt ? Peut-être en l’éprouvant en continuant de spéculer dessus !

La bulle a aussi permis la création de nouvelles cryptos dont l’objectif prioritaire est la performance, comme le « IOTA ». Il ne faut jamais oublier que ces technologies sont tellement récentes qu’elles ne sont pas encore « finies », elles peuvent être amenées à s’améliorer (en tout cas c’est plus probable, plutôt qu’elles se dégradent).

« On m’a dit qu’un Bitcoin allait valoir plus d’un million d’euros / 0€ d’ici x années, c’est vrai ? »[tocIgnore][/tocIgnore]

Personne ne peut prédire avec certitude de quoi l’avenir sera fait. N’écoutez pas les vendeurs de tapis qui vous promettent le paradis sans rien en contrepartie, ni les prêcheurs d’apocalypse. C’est la même chose. Si vous décidez d’en acheter faîtes-le à vos risques et périls, tout comme vous investiriez en bourse. Il est évident que le « marché » des cryptos est plus risqué que la bourse « mainstream » mais ça n’empêche pas de pouvoir y gagner. Vous pouvez aussi avoir beaucoup de pertes si vous achetez en bourse 6 mois avant un crash hein.

« Je suis tombé sur cet article, des gens en parlent autour de moi, ça veut dire qu’il faut que j’achète maintenant ? Vite ! »[tocIgnore][/tocIgnore]

Attention cet article est prévu pour être là sur la durée (il a déjà plus d’un an à l’heure où j’écris ça en 2021) donc non ce n’est pas parce que vous êtes tombé dessus aujourd’hui qu’il faut forcément absolument acheter tout de suite. D’ailleurs en bourse il y a un crédo assez commun : quand tout le monde en parle il faut vendre (et il faut acheter au contraire quand tout le monde pense que c’est mort) en plus du fait que toute action émotionnelle dans ce domaine (sans réflexion) est toujours mauvaise.

Bref tout ça pour dire que cet article n’est aucunement un impératif ou un conseil d’investissement à suivre à la lettre, c’est à vous de faire vos recherches pour confirmer que je ne dis pas de bêtises ici et de décider quoi faire. En aucun cas je serais tenu responsable de potentielles pertes si vous découvrez et vous lancez dans les cryptos suite à cet article.

A propos de l'auteur et de ce site :

Tombé dans l'informatique étant petit tel un Obélix (à 3 ans pour être précis), j'ai la chance contrairement à ce dernier de pouvoir continuer à en prendre des "doses quotidiennes", depuis 24 ans pour tout dire . En effet je suis ce qu'on appelle un geek (un vrai, genre je joue pas à candy crush désolé) et je suis aussi développeur à plein temps maintenant... Lire la suite

Pour me contacter :

Par mail

Ce site ne comporte aucune pub et est maintenu bénévolement. Si vous souhaitez me soutenir, n'hésitez pas à m'offrir une baguette (soit 1€) !

Paypal pixel

Sinon si vous êtes sur Brave, n'hésitez pas à me faire un don d'1 BAT ! (Qu'est-ce que c'est ?)


Support-Vision - A propos - Me retrouver : Facebook ou Twitter - Contact
Ce site et son contenu sont mis à disposition selon la Licence Creative Commons (CC BY-NC-SA 4.0).